Cuisinier

  • Eric M

Restaurant Victoria Hall à Lyon 69007

Souper du 30 décembre 2017.

Une façade imposante de style néogothique, une immense cour pavée, une porte cochère, une volée de marches patinées au fil des ans…

À peine entré, l’ambiance du lieu séduit. A l’abri de l’agitation de la jungle urbaine, on cultive ici le luxe du calme et de la volupté. Notre soirée commence à l’étage, au lounge du Victoria Hall, où règne une atmosphère hors du temps dans un cadre qui associe boiseries et parquets d’époque à un mobilier au design contemporain.

C’est ici que nous prenons l’apéritif, un Mojito pour monsieur et pour madame un Ginger Fizz. L’ensemble est accompagné de quelques mise en bouches, au son d’une musique douce et d’une lumière tamisée.

La soirée commence bien ! Nos cocktails terminés, nous sommes conduit à notre table.

Le restaurant est déjà bien rempli et le service à la bourre, ce qui occasionna quelques désagrément s, bouteille d’eau oublié, vins en décalages avec les plats. Notre choix se porte sur deux menu saveurs du marché, à trois plats et à composer dans la carte.

En apéro, nous commandons deux verres de “Réméade" blanc, du domaine Les Vins de Vienne, un assemblage de Viognier, Chardonnay, Marsanne et Sauvignon au bel équilibre et au joli côté minéral avec des parfums de fruits d’été. Notre amuse-bouche arrive et nous passons commande.

Une fois ravioles à la noisette farcies au potimarron, châtaignes, butternut confit,
tuile de Pecorino et consommé de champignons et en suite, lieu jaune grillé, topinambours au café, trompettes de la mort, salade de pousses d’épinard, pour madame.

Pour moi, Saint-Jacques blanches d’Erquy, mousseline de panais, beurre passion et en plat principal, le filet de bœuf « Aberdeen Angus », et sa moelle, Portobello grillé et légumes de saison, sauce au Vin rouge. Verdict maintenant, de bons plats dans l’ensemble, avec des associations osées comme topinambours et café, panais et passion, mais le problème est là, pas forcément de passion dans nos plats et de plus en plus, il me semble que les chefs oublis que passer à table est aussi et avant tout pour manger. Trois malheureuses et petites St-Jaques dans mon entrée. Mon plat principal n’était pas plus généreux, quatre malheureux bouts de légumes mal taillés trois morceaux de champignons Portobello, la viande était de bonne qualité et la cuisson était parfaite, mais pour un bon chef rien d’insurmontable non plus !

Le pâtissier a sauvé les meubles ou plutôt la cuisine, avec ces assiettes de desserts aboutis, elles. Pour madame, mangue et passion, pain de Gênes, mousseux exotique et pour moi, la pomme verte, insert pomme façon Tatin, émulsion de Granny Smith et là je dis bravo ! C’était deux très belles réalisations, surprenantes, fine et gouteuses.

Et dire que suis pas très dessert !

Nous avons accompagné notre repas (enfin quand ils ont été servis ) avec deux verres de St-Aubin 1er Cru, Vincent Girardin à 19.- € et deux Givry rouge 1er Cru du domaine Sarazin à 16.- €.

Notre addition, 148.60 € avec un rabais de 25.- € « La Fourchette «, deux cafés à 5.90 € et une bouteille d’eau à 6.- €.

Pour conclure: c’est un lieu chaleureux de rencontre qui propose à la fois une carte de cocktails maison, une large sélection de champagnes, un vaste choix de whiskys et un bar à vodka qui compte de très nombreuses références. La carte des vins est belle mais malheureusement, sans 1/2 bouteilles, ce qui vous oblige à choisir dans la petite sélection de vins au verre, ou de partir sur une bouteille de blanc ou de rouge, dommage ! Enfin si vous ne voulez pas rentrer à quatre pattes. La cuisine est bonne, mais pas extraordinaire non plus, mais y vient-on que pour la cuisine ? Nos desserts de ce soir, par-contre étaient vraiment top. A ne pas oublier, la magnifique terrasse pour les beaux jours.

Les propositions du menu

Entrées

Marbré de Foie Gras au Vin rouge, Purée et coing rôti,
tuile aux noix, Pain au lin du Moulin de Léa.

Ravioles à la noisette farcies au potimarron, Châtaignes, butternut confit,
Tuile de Pecorino et consommé de champignons.

Tourte chaude de Perdreau et trompettes de la mort,
Pickles de légumes, sauce gibier.

Saint-Jacques Blanches d’Erquy,
Mousseline de panais, beurre passion.

Œuf poché, tombée de poireaux,
Espuma de Scamorza fumée.

Poissons

Soupe de poissons,
Pommes de terre au Safran, légumes du marché,
Rouille et tuile de pain de mie.

Lieu Jaune grillé,
Topinambours au café, trompettes de la mort,
Salade de pousses d’épinard.

Cabillaud confit, crème de céleri
Cromesqui de jus de crustacés, condiment de limequat,
Emulsion thym citron.

Viandes

Joue de Veau confite,
Aligot à la Tome fraiche et légumes,
Jus réduit au thé fumé.

Filet de Bœuf « Aberdeen Angus », et sa moelle,
Portobello grillé et légumes de saison,
Sauce au Vin rouge.

Ris d’Agneau grillés,
Fricassée de Coco de Paimpol, cèpes en persillade,
Jus d’agneau corsé.

MENU «P’TIT LOUP» selon le marché… Plat & dessert

Nos Viandes proviennent de France et d’Écosse

Végétarien

Cookpot de quinoa,
Légumes d’automne crus et cuits
Consommé de légumes.

Desserts

Café Gourmand

Figue et poivre de pamplemousse,
Streusel vanille fleur de sel,
Glace au fromage blanc.

La Pomme verte,
Insert pomme façon tatin,
Émulsion de granny smith.

Chocolat, noisette et verveine,
Namelaka gianduja.

Marron et agrumes,
Pâte de citron et éclats de marron glacé.

Mangue et Passion,
Pain de Gênes, mousseux exotique.

Restaurant Victoria Hall

33 rue du Repos

LYON 69007

Tél : 04 37 28 07 97

www.victoriahall.fr

RECENT POSTS