top of page

Cuisinier

  • Photo du rédacteurAdmin

Deuxième visite au restaurant Au 1465, de l’Hôtel Au Club Alpin à Champex-Lac et deuxième Super Coup de Coeur du blog. Bravo au chef Mariano Buda et à toute son équipe. Le1465 est un petit paradis.

Je vous rassure tout de suite : je ne suis pas encore masochiste et si je reviens une deuxième fois, c’est que j’avais été époustouflé la première fois, par le travail du chef et son menu chasse.



Aujourd’hui, je reviens pour avoir la confirmation de celui-ci !

Pour faire simple, savoir s’ il y a bien un génie en cuisine.


Mon repas du jour, le menu L’Échappée et deux plats à la carte.



Pour l’entrée, j’ai laissé au chef le plaisir de la choisir, parmi les quatre proposition à la carte. Ce sera : Artichaut, Persil, Ail nouveau, Citron caviar et sauce Bagna Cauda à la Féra fumée et en dessert : Texture de Cerises, Chocolat Felchlin et Estragon.


Le restaurant 1465.


Une gastronomie dans l’air du temps avec des assiettes originales et joliment présentées, des saveurs délicates et raffinées, du goût, une ambiance conviviale dans une déco soignée, un service efficace sans chichi, tout simplement un endroit où l’on se sent à l’aise et qui sait faire plaisir aux épicuriens.


l’échaPpée

 

Je débute par de jolies mises en bouche qui vont éveiller mon palais, que j’accompagne d’un très agréable Muscat du Valais de Gilbert Devayes, aussi flatteur au nez quand bouche. Un vin de plaisir, et de gourmandise.



 

Premières mises en bouche.



Mojito concombre, menthe et citron vert


Ficoïde, oeuf de truite, pèche, gingembre

La ficoïde glaciale ou gros-pourpier est une plante de la famille des Aizoacées.


Feuilleté aïoli au safran


Tartelette colrave et sarriette



Le deuxième.

Rencontre avec l’ail noir et la betterave.

Une rencontre contrastée entre la betterave plutôt terreuse et la puissance d’une glace à l’ail noir que tout oppose.

Mais pour réunir les opposés, le chef a eu la bonne idée, d’un délicieux beurre au thym citron. Au final, je reste bouche bée. 


Le pain de la cheffe boulangère Mélanie et le beurre font leurs apparitions.


Pain au levain avec le farine du Grand Entremont

Tuille a la tomate

Feuilletée au romarin

Beurre de la Laiterie d'Orsières

Huile d'olive des Abruzzes



Cappelleti de Sérac d'Alpage, Texture de Tomate parfumée à l'Oseille, Caviar Suisse Oona.



L’assiette est un plaisir pour les yeux. Le chef a fait gros travail sur la tomate en la travaillant de diverses façons. Les cappelletis de sérac sont parfaitement al dente.

Le petit souci pour moi, c’est que le gout de la tomate était trop présent pour moi, ce qui fait que je n’ai pas profité de celui du caviar.  



Pour accompagner mon entrée. Un Chasselas du Domaine Brantard à Denens.





Mosaïque de Truite de Vionnaz confite, composition de Haricots, Basilic et Groseilles.


L’assiette est très belle, la cuisson de la truite est parfaite et l’ensemble des différentes sauces, m’emmènent voyager dans un monde plein de sapidité.



Pour accompagner mon plat un vin de Slovénie : Vinogradi Von, une Malvoisie.



Artichaut, Persil, Ail nouveau, Citron caviar et sauce Bagna Cauda à la Féra fumée.


Une revisite de l’artichaut du pied à la tête en différentes textures. Farcie à la campagnarde (mie de pain, œuf et fromage). Une partie frite, l’autre rôti au beurre et en mousseline.

Un plat terrien, sans chichi, mais quand même technique où l’artichaut est mis en valeur comme jamais.

C’est aussi un plat affectif et un souvenir d’enfance du chef. 


Avec l'artichaut, un vin d'Ombrie Trébiano.



 

Volaille de la Gruyère en deux services, Olives noires, Blettes et Mélisse

 


1er service : une belle et savoureuse assiette, avec une cuisson parfaite de la poitrine de volaille. Gustativement et techniquement, un sans-faute, je me régale !



 

2ème service : attention, je pars dans un autre monde. La cuisse est travaillée, comme un petit bijou. À tel point que j’en mangerais tous les jours.



Tendrement laquée (pour ne pas dire amoureusement) et d’une tendreté incroyable. Surmontée de petites herbettes, elle est accompagnée d’une mousse mélisse et d’une d’olives noires, les mêmes que dans le premier service.

Pour glorifier le plat, un incroyable sabayon, vinaigre de pommes et huile d’olives.



Un plat qui m’a subjugué, avec ces saveurs plus marquées et un sabayon qui apporte à la fois légèreté et une fraîcheur incroyable.

Un plat Umami.

Du pur bonheur !




Pour accompagner ma volaille, un Sweigelt Réserve 2019, Weingut Swarböck (Autriche).



Veau du Pays: Filet en Feuilletage parfumé à la Truffe et au Basilic, Jardinière de Légumes d'Été et sauce aux Pignons de Pin torréfié.



Le chef à travaillé le filet de veau à la façon Wellington, en croute de feuilletage.

La cuisson de la viande est juste incroyable. Le pourtour de légumes de jardin est un moment de bonheur et la sauce pignons de pin fait un mariage heureux avec.



Le seul point technique à revoir : c’est la cuisson du feuilletage (pratiquement pas cuit) et son excès d’humidité, apporté lors de la cuisson. 

Avec mon plat, un Pinot Noir de Marie-Thérèse Chappat


En discutant avec le chef, le pré-dessert :

Myrtilles du Valais, bouillon froid aux géraniums.

Une belle préparation aux desserts.



Ça pouvait sembler simple, mais ça s’est avéré extrêmement savoureux, grâce au délicieux bouillon de géraniums. 

Des jolis desserts dans la continuité d’un menu sans faute, toujours une parfaite cohérence entre les éléments.


Texture de Cerises, Chocolat Felchlin et Estragon.



Un très joli dessert, où tous les éléments annoncés vous donnent de l’émotion en bouche.

Un dessert à la fois frais et léger, ce qui n’est pas forcément gagné, avec le chocolat.

Bravo. 

 


Le vin pour accompagner mon dessert.




Fraîcheur autour de la Framboise, de la Verveine et du Calamansi.



Un très joli dessert, mais j’avoue que je m’attendais à plus de créativité, et notamment pour la présentation.


 Mignardises.




Mon addition du jour : 222.- chf


Merci pour ce délicieux moment culinaire, une véritable célébration qui a mis tous mes sens en éveil.

Un déjeuner tout simplement exquis, une fois de plus.


Le temps n'était pas de la partie, pas de soucis je venais pour la cuisne du chef 😜


L'accueil chaleureux dès mon arrivée a instauré une atmosphère conviviale qui a perduré tout au long du repas.

Les choix des vins en accord mets et vins sont judicieusement choisis, par l’excellent  sommelier Quentin Pupille. Ces accords sont parfaits pour sublimer chaque plat, sans oublier sa superbe mise en valeur de ses associations avec les différents plats.



Le service à table a été une fois de plus impeccable, chaque détail est traité avec une élégance remarquable.

Encore un grand bravo à toute l'équipe, pour ce moment magique.


Merci à toute l’équipe pour les deux plats à la carte offerts.


Le 1465 est l’adresse qui fait vibrer le palais et qui répond aux exigences des épicuriens.

Chaque plat est une véritable explosion de saveurs, et la présentation allie beauté, délicatesse et saveur.


Le chef  Mariani Buda excelle véritablement dans l'art de créer des expériences gustatives inoubliables.

Oui, il y a bien un génie dans les cuisines du « Au 1465 » à Champex-Lac.



Le chef Mariano Buda 26 ans, compose ces plats telle un vieux briscard, avec justesse et une technicité incroyable. Il vous emmène savoureusement, tout au long de son menu, aussi bien en Italie que dans la campagne valaisanne.

Il est où, le bonheur, il est où ? 

Clairement « Au 1465 ». Surtout que le service est à la hauteur de la cuisine.



Au Club Alpin

Restaurant 1465

Rte du Lac 21

1938 Orsières





Mon système de notations (à lire ici)



❤️❤️❤️❤️❤️/❤️ Super Coup de cœur  ⬅️ 😋

❤️❤️❤️❤️ Grand moment de plaisir

❤️❤️❤️ Très bon

❤️❤️ Bon

❤️ Moyen

Comments


RECENT POSTS