top of page

Cuisinier

  • Admin

Super Gros Coup de Coeur du blog, Fabien Foare chef M.O.F, de La Brasserie Millenium à Crissier


Des plats colorés, concentrés et frais, avec à chaque fois un bel équilibre et

des saveurs réconfortantes, voici la cuisine de Fabien Foare, qui interprète les classiques de la cuisine de brasserie, avec une approche contemporaine.


La Brasserie du Millennium


La Brasserie se trouve en plein cœur du nouveau complexe Millennium à Crissier, ouverte il y a presque une année, elle a fait une entrée remarquée dans le Gault & Millau avec directement un 15.



Ça faisait un moment que je voulais venir, mais le travail ne me le permettait pas et je voulais absolument venir le midi et ce midi justement, je me suis fait un gros cadeau.

Il faut dire, que je suis le travail du chef sur les réseaux sociaux et les photos de ses plats ne pouvaient pas me faire attendre plus longtemps.



C’est qui le chef ?


Fabien Foare, Meilleur ouvrier de France dans la catégorie traiteur, anciennement chez Benoît Violier à Crissier, puis à L’École Hôtelière de Glion.

Après un entretien en cuisine j’ai appris que le chef avait d’abord commencé par un apprentissage en cuisine et s'est tourné vers la charcuterie après, bien lui a pris, surtout avec un titre de M.O.F au final.



Après avoir longé un long couloir et dépassé la cave vitrée, c’est un espace résolument contemporain qui s’ouvre aux convives. C’est aussi là que l’équipe de serveurs, vous accueil et vous conduise à votre table.



Le décor est dans les tons bleu ciel, les banquettes, tables et chaises en bois clair et l’ensemble créent une atmosphère réconfortante.

Dans l’élégante salle lumineuse du restaurant, «tous les marqueurs de la brasserie française sont là, avec des plats réconfortants, mais aussi une belle atmosphère.


Les bouteilles de blancs servies au verre sont prêtes au frais, le service peut commencer 😜


Le service est souriant, avenant, professionnel, mais pas guindé. J’ai eu de très bons échanges avec mes serveurs du jour et notamment avec le sommelier responsable des vins.



Bien installé, je reçois les cartes.



La carte fait la part belle aux charcuteries cuisinées et les plats « Incontournables » de la maison : la quenelle de brochet aux écrevisses, l’entrecôte rassie sur l’os ou l’andouillette Bobosse, tandis que des ingrédients de contrées lointaines, kimchi, dashi et wasabi viennent twister certains classiques de plats de brasserie, comme le jarret de cochon à la bière, pommes boulangères et kimchi dans le « Menu Déjeuner » ou Paleron de bœuf, betterave et wasabi, à la carte dans « Les Inspirations » .


À signaler que La Brasserie Millénium propose une carte différente le soir.


On y retrouve tous les plats à la carte du midi, ainsi que le « Menu Brasserie » de trois plats, à composer parmi deux propositions d’entrées, deux plats et deux desserts.

Il y a aussi le très joli menu ou la truffe est reine. Le « Menu Truffe En Vue » de 5 plats à 165.- chf. Truffe d’été,

d ‘Alba et du Périgord s’y retrouvent. Avis aux amateurs.



La carte des vins est belle, avec un beau choix de vin au verre.

Leurs prix de 9.- chf à 32.- chf pour un St- Julien « Château Talbot » 2015, 4ème Grand Cru Classé, que j’ai eu la chance de pouvoir déguster.



En Suisse, en France et dans bien d’autres pays, on connaît les chariots de fromages et de desserts.

La découverte d’une desserte de cochonnaille dans ce lieu (une première pour moi) émerveille autant la vue que les papilles.

Tout donne envie, mais pour ma part ce sera à mon départ, à l’épicerie fine du Millénium, mon repas est fait depuis un moment en surfant sur leur site. (merci internet).



Plusieurs sortes de charcuteries se côtoient, des pâtés en croûte, tête marbrée, terrines ou jambon persillé qui sont préparés pour le restaurant et l’épicerie attenante.

Le chariot de cochonnaille est proposé à 24.- chf, par personne.


Excellence tricolore.

Des plats au dressage graphique, mais pas que !


Comme souvent, je pars sur le « Menu Déjeuné » (ou lunch) entré - plat à 39.- chf, qui propose deux entrées et deux suites à choix.

Et comme j’aime le risque, je commande en entrée le poireau gribiche à ma façon, et j’ai bien fait.

J’ai eu un réel plaisir à déguster ce plat si visuel et tellement savoureux.



Mais pourquoi ce plat ? Parce que le poireau n’est pas un légume facile à travailler et à cuire. Trop cuit il peut être filandreux et sans texture, pas assez, c’est encore pire sauf si on sélectionne la meilleure partie du poireau et après il faut le cuire parfaitement !

Ici, il était plus que parfait.



La gribiche était excellente, à la fois légère et goûteuse. La meilleur que j’ai mangé dans ma vie !

Ce plat, qui aurait pu être banal, a été pour moi un gros coup de cœur, parmi mes quatre plats qui étaient pourtant de hautes volées.


Mon deuxième plat, une entrée à la carte à 21.- chf.

Un plat qui pouvais paraître rustique, voir du pauvre en tout cas, terrien !



Paleron de bœuf, betterave rouge et wasabi.

Le paleron était tendre comme du beurre et il était parfumé de son délicat bouillon. Les différentes sortent de betteraves étaient parfaitement blanchies pour qu’elles gardent leurs croquants. Le wasabi, parfaitement dosé pour garder un bel équilibre au plat et pour que chaque aliment du plat garde son goût originel, sa saveur.

Une fois de plus, j’ai adoré.



Mon plat principal, jarret de cochon à la bière, pommes boulangères et Kimchi.

Mes origines alsacienne on parlé.

C'est un plat que l’on trouve si souvent dans les Winstubs, mais pas aussi savoureux que celui-là !

La viande était parfaitement cuite et très tendre et le laquage parfait.


La grande idée du chef, le Kimchi qui twist le plat, le rafraichi et lui donne une autre dimension. Un vrai plaisir !

Pour info : le Kimchi est coréen et est composé de piment et de légumes fermentés.



Présentation du barbecue japonais par le chef et son plat : Noix de St-Jacques grillées sur coquille, dashi, courge spaghetti, ail noir et nori. La vidéo du plat est ici


Mon dessert, variation de kumquats et bergamote, j’ai eu le plaisir de le voir se construire en cuisine.


Oui, je sais, je suis culotté.

Mais une fois de plus, c’est un coup de folie.


En plus j’ai pu vivre un moment de service et pu discuter avec le chef et en vidéo ( la première en haut).

Ok, ce n’est pas encore parfait, mais s’entretenir et filmer en même temps ce n’est pas forcément évident.

Merci, à l’assistant du chef pâtissier Edwin Rousseau pour ce dressage en vidéo.


Je dis assistant parce qu’il m'a pas donné son nom.


Mon dessert était fort agréable : variation de kumquats et bergamote à 18.- chf .

Agréable et léger, et avec une fois de plus beaucoup de saveurs.

Il était juste parfait pour terminer ce repas tout en délicatesse.

Le joli chariot de pâtisserie française réalisés sur place, par le chef pâtissier Edwin Rousseau et son équipe.


Pour conclure : une addition de 117 .- chf, avec une bouteille 37,5 cl de Chasselas « La Colombe » 20220 de Raymond Paccot à 22.- chf, une minéral 5 dl, un verre de Gewürztraminer Passerillé 2019 « Les Romaines » des frères Dutruit.


J’ai passé un très agréable moment à « La Brasserie Millénium », comme signalé plus haut le service est souriant, avenant, professionnel et toujours prêt à répondre à vos questions ou désir.

J’ai adoré la cuisine du chef Fabien Foare, si visuel, délicate et tellement savoureuse.

Je trouve aussi que la carte du midi est un super rapport - qualité - prix - plaisir.

En plus, si vous êtes gourmand comme moi, en rajoutant un, deux plats de la carte ça vous permet de vous créer un beau menu et de découvrir la très bonne cuisine du chef, avec une addition qui ne flambe pas forcément, ce qui permet de pouvoir ce faire plaisir avec un joli flacon.


Donc forcément sait un Super Gros Coup de Cœur du Blog.


Je pense que c’était vraiment mon jour de chance ce midi-là.

On m’a proposé, le long de mon menu, de belles associations mets et vins et forcément de beaux accords.

Un Chassagne-Montrachet 2019 de Tomas Morey avec le poireau gribiche à ma façon, une Syrah, de Thierry Constantinà Pont- de-la-Morge avec le paleron de bœuf, betterave rouge et wasabi avec le jarret de porc, du Château Talbot 2015, un St-Julien Grand Cru Classé et avec mon dessert un verre de Gewürztraminer Passerillé 2019 « Les Romaines » des frères Dutruit.



Merci, merci, merci, pour la découverte de ces très jolis vins


Avant de partir, petit détour par l'Epicerie Fine.




La Brasserie Millenium

Chem. de Mongevon 25

1023 Crissier Téléphone : 058 400 36 10

www.millennium.ch


Mon système de notations (à lire ici)


❤️❤️❤️❤️❤️ Coup de cœur ⬅️😋 Un Super Gros Coup de Coeur

❤️❤️❤️❤️ Grand moment de plaisir

❤️❤️❤️ Très bon

❤️❤️ Bon

❤️ Moyen