Cuisinier

  • Admin

Le premier Super Gros Coup de Cœur, le restaurant Le Maguet, les Evouettes 1897


Désolé chers lecteurs du blog : Cuisinier-Gourmand, aujourd’hui, je ne vais pas donner de Coup Cœur à cet établissement.🙄

Non, pas de Coup de Cœur, mais un Super Gros Coup de Cœur, tellement j’ai eu de plaisir ce midi, pendant mes presque trois heures passées dans cet établissement.

Oui, mais lequel alors ?

Le Restaurant « Le Maguet » Les Evouettes 1987.

Une adresse qu’il faut absolument visiter.

Une des salles.


Le chef autodidacte, Benjamin Le Maguet à un talent fou.

Tous ces plats servis ce midi étaient dans leurs conceptions, d’une justesse incroyable.

J’ai rarement connu ça et pourtant j’ai fait pas mal de très bonnes tables en Suisse, en France et en Italie.


Après ce matin, je dois vous avouer que j’ai pris pour la première fois de l’huile de CBD, sur les conseils de ma charmante et tellement souriante collège de travail (Manon). Trop de stress ! 🤪

Est-ce que c’est ça, qui me rend si enthousiaste aujourd’hui ?

Non, bien sûr que non. C’est surtout le moment vécu au restaurant "Le Maguet" et ce fameux repas, concocté par son chef.


Acte 1.

Allez au restaurant « Le Maguet », c’est comme rentrer dans la cinquième dimension, un monde à part.

Il faut d’abord se laisser guider dans l’univers du papa, qui a pendant 38 ans, façonné, sculpté, décoré et peint les salles du restaurant (et même jusqu’à ce peindre dans une fresque). Après, je ne l’aurais pas forcément vu si un des fils ne me l’avait pas dit 😲

Il a aussi œuvré toutes ces années en cuisine, en ayant été référencé dans le Guide Michelin, avant de remettre l’établissement à ses enfants.


Ce midi, le hasard voulait qu’à la table en face de moi, le papa déjeunait avec la confrérie du Pot-Au-Feu, et je l’entendais parler de la passion pour la cuisine de son fils Benjamin, déjà tout petit. C’est toujours agréable à attendre !


Acte 2.

Puis vient le tour du fils (Jonathan, restons dans l’esprit familial de la maison, c'est le monsieur à droite du chef) qui vous accueil en salle, vous conseil et vous présente les plats.

Il est juste génial et c’est un grand passionné de vins. Il m’a fait découvrir plusieurs vignerons que je ne connaissais pas et m’a encouragés à aller les visiter.


En apéritif, le joli Muscat de la Cave Cybèle.


Ce sont des vignerons avec une vraie philosophie. Du travail de la vigne à la vinification des vins.

Heureusement que je suis bloqué 5 jours dans les montagnes à 1760 m, sans vraiment de possibilité de descendre en plaine, à part pour mes jours de congés, sinon je risquais de faire de grosses dépenses ces prochains jours 😅


En plus de connaître parfaitement ces vignerons et sa carte des vins, Jonathan présente de façon très agréable les magnifiques créations culinaires de son frère, avec des yeux toujours brillants de plaisirs.

Quoi de plus beau ?


La carte des vins est 100% Suisse et 50% des vins sont des vigneronnes, donc si je calcule bien l'autre moitié sont des hommes. Les prix des flacons sont plus que raisonnables si vraiment vous ne trouvez pas votre bonheur, Jonathan, vous trouvera la bouteille qui vous feras plaisir.



Je n’oublie pas de mettre en avant la charmante serveuse qui a bientôt 40 ans de maison.


Acte 3.

Et maintenant au tour de petit génie des fourneaux : le chef.


Je précise quand même que le chef Benjamin Le Maguet, travail seul en cuisine et que ça maman lui donne un coup de main pour les pâtisseries, la mise en place et pendant le service.

Quand j’ai commandé, mon menu spécial, un mixte des deux menus, Terre et Eau douce, je n’étais pas au courant et j’ai même eu honte après, en l’apprenant.

Le chef m’a fait un menu spécial rien que pour moi, en petites portions et il a forcément eu plus de travail.


La carte avec les deux menus de midi et le délicieux pain fait maison.


Comment peut-on avoir autant de talent ?


Et comment décrire les plats dégustés, ce midi ?

Difficile, tellement il y avait d’ingrédients qui les composaient à chaque fois.

Composaient oui ,mais intelligemment et judicieusement.

Rien d’inutile, ils avaient tous dû cens et apportaient clairement une plus-value à l’assiette.


Cette succession de plats a été pour moi, un grand moment de plaisir pendant leurs dégustations.

Le rêve !


Après, il ne faut pas oublier que pour faire d’aussi belles assiettes, il faut produire en aval.

Il faut avoir une bonne mise en place et faire forcément beaucoup d’heures de travail, d’autant plus et je vais me répéter, le chef est seul en cuisine. Oups ! avec l’aide de sa maman.

La bonne nouvelle, il aura au mois d’août de l’aide supplémentaire, un second.


Un chef qui ne travaille qu’avec des produits régionaux et des légumes bio et de saison, d’agriculteurs du coin.


Acte 4.

Comment départager un plat d’un autre ? En 100ème de millième peut-être ?

Le chef ayant été un nageur de très haut niveau.


Pour moi ce midi, sur la première marche du podium et médaille d’or ex æquo : Entrecôte de Simmental, Gnudi d’alpage. Une véritable tuerie, si vous ne voulez pas mourir idiot, je vous conseille de déguster les Gnudis que le chef confectionne, sont juste incroyables !)


Une assiette qui vit, pleine de couleurs et de saveurs.


L’autre, la truite de Chamby, écrevisses du lac de Bret, Agria et asperge verte.

La truite était cuite en basse température et sa cuisson était juste parfaite. Je souligne aussi que sur l’assiette, il y avait aussi de délicieux Gyozas farcis de mousseline d’écrevisses.


Des assiettes aussi belles visuellement que gustatives.

Pour accompagner le plat avec la truite de Chamby, Un assemblage blanc. Pinot gris (50%),Chasselas (40%), Sauvignon (10%), La promesse 2019 du Domaine Christinat A.O.C Chablais, à la robe jaune pâle avec de jolis reflets or rose. Le parfum évolue graduellement d'une note intense de chèvrefeuille à une odeur de poire coupée, puis sur le minérales.

En bouche, ce vin se démarque par une sensation de richesse et de gras dès le milieu de bouche. Une richesse renforcée par des arômes mûrs de pêche et une note exotique d'ananas rôti. Le palais n'est cependant pas sevré de fraîcheur avec une attaque incisive et une jolie finale


Après, je vous l’avoue, j’ai de la peine à décrire tous les plats, ils ont beaucoup d’ingrédients et je crois que j’ai la mémoire qui commence sacrément à flancher.

La prochaine fois, je prendrai directement un bloc-notes, pour les noter.

En plus, ça fera plus professionnel. Le vrai inspecteur du Guide M…….


Donc de l’amuse-bouche, aux autres plats, tous à la deuxième place et encore parce qu’il me fallait un vainqueur😅 Je plaisante.


Pourquoi d’écrire tous les plats ?

Le chef change sa carte des menus de midi et du soir toutes les semaines, le vendredi.

Donc, ce que j’ai mangé jeudi, vous l’aurez plus !

Par contre, je vous ai mis de belles photos des assiettes du menu, que j’ai eu la chance de déguster.


Oeuf végétal, cuisson à 64°, en amuse-bouche.


Coregone (ancien nom de la féra péché dans le lac Léman), Rhubarbe, Asperge blanche du Valais, sphérification de bisque d'écrevisses.


Canette d'Appenzell, Panais, Asperge Blanche. Superbe composition, avec de l'effiloché de cuisse de canard, voile de concombre etc......


Pour accompagner mes deux entrées Terre et Eau Douce et l'entrecôte de Simmental et sur les conseils de Jonathan, je suis parti sur une Dôle 2018, non filtré du Domaine du Beudon, à Fully. L'association mets et vin était réussi.



Acte 5.

Au tour du dessert maintenant.

Plutôt du chariot de Dessert de Maman Le Maguet.


Las maman à l'ouvrage, photo prise par le chef à ma demande. Merci.


Un plaisir, pour les yeux et mon palais.


Ça faisait longtemps que je n’avais plus vu de chariot de dessert dans un restaurant. Sans vous le cacher, c’étaient des desserts comme on peut les trouver à la maison d’une bonne pâtissière. Avec des défauts, notamment une pâte trop épaisse, mais ce qui est sûr, c’est qu’ils étaient faits avec beaucoup d’amour et ça se ressentait. La mousse au chocolat était divine, la tarte aux noix parfaite. En plus, c’était un dessert que je faisais à la maison, lorsque j’étais jeune apprenti.

J’ai terminé mon repas, d’une façon des plus agréable.


Mon assiette dégustation de dessert que la serveuse ma servie. Généreuse et savoureuse.


Moi, je ne peux que remercier cette belle famille pour le moment exceptionnel que j’ai passé dans leur établissement. Merci beaucoup ❤️


Mon addition du jour : 141,50 chf avec mon menu découverte de la maison, à 105.-chf un verre de Muscat 2019 à 7.50 chf 2 verres de Dôle 2018 du Domaine de Beudron à 17.- chf les deux verres 1 verre d’assemblage blanc du Domaine Christinat à Ollon à 8.- chf et un café.


Maintenant je peux que vous conseiller de visiter cette très belle adresse.

Vous ne serez pas dessus et même agréablement surpris par le décors de l’établissement. Pour ma part j’ai passé un super gustatif.

En plus c’est mon premier Super Coup de Cœur du blog.



Restaurant Le Maguet

Rte Cantonale 95,

1897 Port-Valais

Tel: 024 481 26 04

www.restaurant-le-maguet.ch


Mon système de notations (à lire ici)


❤️❤️❤️❤️❤️ Coup de cœur ⬅️😋 Un super coup de ❤️

❤️❤️❤️❤️ Grand moment de plaisir

❤️❤️❤️ Très bon

❤️❤️ Bon

❤️ Moyen





RECENT POSTS